Mot clé - émotions

Fil des billets

Soirée de retour très agréable

Le retour après un voyage aussi long est jamais simple : il faut reprendre la routine, se refaire à manger, s'habiller chaudement et accessoirement reprendre le travail. Autant vous dire que dans notre cas, ce n'est pas simple tous les jours, surtout que beaucoup de détails de la vie de tous les jours nous refait penser à notre voyage.

Et bien c'est dans ces moments là qu'on peut compter sur ses amis : jeudi dernier, ils ont décidé d'organiser une fête chez 3 d'entre eux (la colloc ;-) ) et d'y convier nos amis. La plupart ont répondu présents, en bravant même pour certains monts et montagnes :-) Dommage que d'autres étaient trop loin pour nous rejoindre :-|

Ju & Lily

Dans tout les cas, cette fête fut vraiment un très bon moment : rien de tel que voir ses amis autour d'un verre et de quelques photos de notre voyage pour se sentir bien dans notre bon vieux pays.

La soirée fut riche en émotions et discussions. Un grand merci à tous pour cette soirée qui restera inoubliable pour nous.

Yangshuo en velo

Notre journee est matinale. Nous avons rendez vous avec Esthere, notre guide, qui va nous faire decouvrir les alentours de Yangshuo en velo.

Nous nous levons de bonne heure et allons prendre un bon petit dej' pour etre en forme. Puis, nous rejoignons Esthere devant le loueur pour prendre nos velos : 2 VTT pour seulement 20¥, soit 2 euros la journee !!!

Et nous voila sur nos velos a 9h, prets a decouvrir les rizieres de Yangshuo. Les premiers coups de pedales sont un peu dur, surtout pour les fesses ;-). Mais en decouvrant le paysage si magnifique, on oublie tout...

Esthere nous fait passer a des endroits inattendus et pittoresques. Il n'y a meme pas de route : c'est un chemin de terre et de cailloux, c'est genial. Elle nous arrete chez l'habitant pour acheter des bouteilles d'eau et on decouvre une fabrique de biere.

Un peu plus loin en chemin, Esthere a un probleme technique sur son velo : crevaison du pneu avant. Nous continuons tout de meme la ballade en cherchant un reparateur.

Apres 1h30 de velo, Esthere nous depose devans l'entree de la Water Cave. Il s'agit d'une grotte ou on decouvre des roches aue notre guide essaye de nous expliquer ce que cela represente. Il faut avoir de l'imagination parfois !!!

Nous avons choisi la version longue de la visite. Sur le chemin, nous avons le droit au fameux bain de boue : c'est trop fort. Imaginez vous mettre votre maillot de bain dans une grotte et entrer dans un bain de boue, glisser sur un toboggans fait de boue dans une quasi obscurite. Et bien nous l'avons fait !!! Meme si au debut c'est un peu ecoeurant, on a trop bien rigoler :-)

Apres quelques photos et une douche, enfin un rincage sous un tuyau d'eau, nous continuons la visite en mailot ;-)

Cettre grotte est vraiment magnifique et notre guide est excellent : il nous prend en photos, chante et prend le temps de nous montrer les differentes representations des stalagmites dans la grotte.

A la fin de la visite, nous avons une derniere pause "baignade", mais cette fois dans de l'eau clair... En effet, la visite se termine par un bassin d'eau de source alimente par une cascade haute de 10m.

Nous quittons cette magnifique grotte pour retrouver nos velos. Nous decidons de repartir pour Yangshuo en empreintant au maximum des petits chemins pour essayer de rencontrer des gens et voir de beau paysages. Certains chemins que nous empruntons sont sans issue et on y rencontre de drole de betes comme des Zebus : ca fait un peu peur, et rire en meme temps :-)

Nous sommes emerveilles devant le paysage qui defile devant nous, et les rencontres que nous faisons sont inoubliables et magiques. Nous ne regrettons pas dutout d'avoir louer ces velos et nous avons meme du mal a prendre le chemin du retour. Malheureusement, il se fait tard et la nuit va tomber :-(

Apres une bonne douche, nous reprenons des forces dans un petit bar/karaoke. Puis nous vadrouillons dans les rues commercante de Yangshuo.

Direction Yangshuo par la riviere Li

Suite a une journee a Guilin, nous avons prevu de rejoindre Yangshuo aujourd'hui en descendant la riviere Lijiang. Cela change des habituels bus, trains ou avions ;-)

Ainsi a 8h, nous sommes a la reception de notre auberge et nous attendons la venue de notre guide. Celui ci doit venir nous chercher pour nous emmener a l'embarcadere qui se situe a une quinzaine de kilometres de Guillin. Sur la route, nous effectuons bien sur ce que nous appelons maintenant l'arret chinois : ces fameux arrets dans des pseudos bijouteries qui n'interessent que nos amis chinois (et encore). Par chance, l'arret ne s'eternise pas trop et nous pouvons donc rejoindre notre bateau pour une croisiere d'environ 4 heures.

A bord, nous sommes les seuls "blanc" et donc nous faisons un peu attraction... Mais ce n'est pas grave, nous commancons a etre habitue ;-)

Une fois la manoeuvre de depart finie, nous montons sur le pont superieur afin de profiter de la vue splendide sur les montagnes en forme de pains de sucre qui bordent la riviere. Cela nous permet aussi de retrouver un peu de calme, car en bas, nous avions droit aux explications bruyantes du guide chinois...

Les pains de sucre ont tous des formes differentes : si on fait preuve d'un peu d'imagination, on peut y voir des formes ou des animaux. Mais je vous avoue qu'on a parfois eu du mal a trouver tellement l'imagination chinoise est debodante.

Apres un repas bien chinois (aux saveurs parfois particuliere) nous remontons sur le pont superieur. Parmis les chinois qui nous rejoignent, trois enfants sont intrigues de nous voir ici. Nous essayons alors de nous approcher pour "tenter" de communiquer.

Commence alors un echange de sourires, rires, paroles et regards malicieux. Je tente de dire quelques mot en chinois. Je ne sais pas trop s'ils comprennent mais en tout cas cela les fait bien rire. Ce moment restera sans aucun doute parmi les plus riche de ce voyage. Echanger avec les chinois, et plus particulierement avec les enfants, etait une de nos envies lors de notre voyage :-)

Vers 15h, nous arrivons a Yangshuo. Nous debarquons et rejoignons tranquillement le centre ville a pied. Nous trouvons rapidement l'hotel que nous avions repere sur le routard : un petit etablissement dans une rue calme, toute proche des rues animees et commercantes de la ville pietonne.

Une fois les sacs poses et quelques affaires deballees, nous nous lancons a la decouverte de Yangshuo, de son centre pieton et de son port. Au coin d'une rue, nous rencontrons Esther, qui nous propose de nous emmener en ballade en velo pour decouvrir les environs, et surtout les rizieres perdues au milieu des pains de sucre.

Nous tombons sous le charme de ce petit bout de femme et nous nous donnons rendez vous demain matin pour un joli tour de velo autour de Yangshuo.

Le quartier musulman

Ce matin nous decidons de ne pas mettre de reveil car nous souhaitons reprendre des forces pour le reste de notre sejour. Quand je me reveille, il est 9h, je pars reveiller les troupes.

Puis nous dejeunons et flanons tranquillement dans le salon de l'AJ. Nous nous y sentons vraiment bien. Nous profitons d'avoir Internet pour prendre des nouvelles de la France. Quelle nouvelle : l'equipe de France de rugby a battu les All Black ;-)

Vers 12h, nous partons a la decouverte du quartier Hui. Les Hui sont une ethnie musulmane chinoise. Ce sont de grands marchants, ils sont installes depuis des lustres aux quatre coins de l'empire du Milieu et evidemment a Xi'an, la ou demarrait l'antique route de la soie.

Le decor est impressionnant : des ventilos bricoles rafraichissent les viandes, aspirent les fumees des brochettes mises a griller. Julien teste un petit Kebab a la chinoise : pas mauvais mais tres epice !!

Un peu plus loin nous empruntons une route couverte : c'est le repere d'une floppee ininterrompue de boutiques de souvenirs et d'etales empietant sur le passage. Nous en profitons pour faire quelques achats, fort bien negocies.

Nous avons meme le plaisir de gouter du bon the chinois lorsqu'Elodie et Mathieu s'arretent acheter leur the.

Cette route conduit a la Grande Mosquee. C'est une mosquee qui date de l'an 742, c'est la plus importante de Chine pour son rayonnement spirituel, dit-on, c'est aussi, apres celle de Canton, la plus ancienne.

D'apres la desciption du routard, nous etions impatient de la visiter, et pensions en avoir pour longtemps pour faire le tour. Or se ne fut pas le cas !

C'est une jolie mosquee ou l'art chinois est bien present (voir trop) et nous n'avions pas l'impression d'etre au sein d'une mosquee. Et la visite fut rapide : seulement 45min car il n'y avait que quatre cours interieures et des pavillons quasi vides.

Seul la salle de prieres me rappelle une mosquee. Nous avons eu le droit qu'a une vue de l'exterieur car les non-musulemen n'ont pas le droit d'y penetrer. C'est elle qui ferme de toute sa largeur l'enceinte de la mosquee. Les murs sont recouvert de tuiles vernies de vert (couleur de l'islam) et elle peut contenir plus de 1000 personnes. De beau panneaux de bois sculptes, accroches aux murs, illustrent les scenes du Coran.

Ainsi se fini notre periple de 9 jours. Nous prenons un taxi qui nous conduit a l'aeroport : direction Canton.

Une fois a l'appart, nous sommes deja nostalgique. Nous decidons alors de visionner les photos de ce magnifique voyage.

La grande muraille

Dans le monde, 7 merveilles sont referencees comme etant les 7 joyeux de notre planete. Et la grande muraille en fait partie. Nous voulons donc faire de cette decouverte quelque chose d'inoubliable : nous souhaitons dormir dans l'une des nombreuses tours de garde de la Muraille. Cela n'est pas gagne d'avance, car l'etat chinois interdit tout campement sur l'edifice, mais nous allons tout de meme tenter notre chance...

Ainsi, apres un bon repas, nous repassons a l'hotel pour recuperer les couettes, que nous dissimulons non sans mal, dans nos sacs. Elles nous servirons a la fois de matelats et de couvertures. Une fois notre packetage pret, nous nous rendons en taxi a la gare routiere. De la, nous prenons le bus qui nous depose a Myuans : nous sommes encore a une soixantaine de kilometre de Simatai.

Nous montons a bord d'une voitrure d'un chinois qui se propose alors de nous emmener a Simatai. Cette personne est fort sympathique mais conduit comme la majorite des chinois : c'est a dire sans jamais respecter le code de la route. A croire qu'ici le permis s'achete comme nous acheterions un permis de peche. Nous voila donc lance dans une course effreinee de 60km en doublant en 3eme file, ou bien en depassant par la droite sur la voie reservee aux arrets. Mais a force de depassements limites et de raccourcis dans les chemins de terre, voila que nous crevons en plein virage : un bruit sourd et violent qui inquiete un minimum le pilote qui s'arrete sur le bord de la route pour un changement express du pneu.

Apres un petit quart d'heure, nous repartons et finissons par arriver sur le site de Simatai en fin d'apres midi. La vue sur la muraille au loin nous remet de nos emotions, nous voila enfin face a cette merveille, perchee en haut des collines.

Pour la rejoindre, nous prenons un petit telepherique. Celui-ci nous depose a mi chemin.

Mais etant donne qu'il est deja 17h, nous preferons prendre un funiculaire pour effectuer la partie la plus raide de l'ascension.

Cela est plus rapide qu'a pied, d'autant plus que nous avons nos gros sacs sur le dos. Nous devons cependant finir la montee a pied. Ainsi, apres un dernier effort et de trop nombreuse marches, nous arrivons enfin en haut de la grand Muraille de Chine. Quel bonheur de pouvoir marcher sur ce fabuleux edifice qui aura demade environ 2 siecles de labeur et environ 700 000 forcats. Le lieu est vraiment magique : la Muraille ondule a perte de vue sur les collines environnantes.

Apres quelques photos pour immortaliser l'instant nous commencons notre marche et entrons dans la premiere tour de guet. Ce sont de grosses tours carrees, a deux etages : le 1er servait d'abri et de refuge pour les gardiens, alors que le deuxieme permettait a ces derniers de surveiller les alentours. A la sortie de cette premiere tour, nous discuttons avec une mamie qui nous dit qu'il est possible de dormir dans l'une des tours a la condition d'echapper a la vigilence des gardiens qui rodent jusqu'en debut de soiree sur la Muraille.

Nous decidons donc de continuer notre marche sur la Muraille en esperant ne pas etre remarque par les gardes. Malheureusement, 4 "blancs" avec deux gros sacs sur le dos, cela ne passe pas inapercu sachant qu'il est deja 18h. Un des gardiens se met donc discretement a nous suivre. Il veut s'assurer que nous allons bien prendre le chemin qui redescend sur Simatai. Mais il ne sait pas encore qu'il a a faire a 4 personnes surmotivees pour dormir ici ;-) Ainsi au passage d'une tour, nous reperons une ouverture qui donne sur les bosquets en contrebas de la Muraille. Nous profitons alors d'une minute d'inattention pour sauter de la tour et nous enfuir dans les bosquets. Nous sommes assez bien organises et nous reussissons a tous passer sans que le gardien nous voit. On se serait cru de vrais vugitifs ;-)

Une fois un peu eloigne, nous nous arretons et restons sans bouger pour ne pas attirer l'attention des gardes. Mais ces derniers ne tardent pas a remarquer notre "disparition". L'alerte est alors donnee et d'autres gardiens les rejoignent pour tenter de nous retrouver. Ils essaient alors de nous appeler mais nous ne bougeons pas d'un poil, malgre la petite poussee d'adrenaline. Les appels se font de plus en plus pressant et certains gardiens commencent a explorer les alentours de la Muraille. Nous restons au maximum immobiles et silencieux. Mais au bout de 20min, un gardien fini par nous trouver apres avoir traverser de multiples bosquets et ronces. Dommage, on avait presque reussi. Mais nous n'allons pas pour autant baisser les bras.

Le gardien veut alors nous ramener sur la Muraille en passant par le meme passage que nous avons emprunte pour nous enfuir. Nous faisons alors semblant de ne pas comprendre : on reste d'abord assis, puis on fait mine de le suivre avant de partir dans une autre direction que la sienne, le laissant seul devant. Ce petit jeu dure un bon quart d'heure avant que nous n'ayons d'autre choix que de retourner sur la Muraille. Mais nous nous avouons pas vaincu : on s'assied ainsi sur les marches de la Muraille pour leur faire comprendre que nous ne voulons pas redescendre a Simatai. Une longue negociation demarre alors que la nuit tombe. Eux ne parle que chinois et nous, nous ne savons dire que quelques mots en chinois. Tout se passe donc en gestuel : autant dire de suite que nous sommes tres fort maintenant en jeu de mimes.

Au cours de la "discussion", la mamie que nous avions rencontree en arrivant nous rejoint. Elle se pose alors en interprete car elle parle un peu anglais. Elle reussi au bout de tres longue minutes a convaincre les gardiens de nous laisser dormir sur la muraille a la condition de redescendre avant 9h le lendemain a Simatai. Cela nous convient parfaitement car nous voulions juste dormir pour assister au leve du jour sur la Muraille. Par contre, elle nous met en garde a plusieurs reprises de bien faire attention a nous et a nos affaires. Cela nous inquiete un peu sur le moment, mais dans l'euphorie de pouvoir dormir sur la Muraille, nous oublions rapidement ces avertissements : nous veillerons a tour de role pour etre sur qu'il ne nous arrive rien.

Une fois la mamie et les gardiens repartis en direction de Simatai, nous rebroussons chemin pour retourner dans une des tours que nous avions reperee et qui nous paraissait ideal pour y etablir notre campement. Nous sortons nos affaires et installons les couettes a meme le sol : nos lits de fortune sont en place et paraissent assez confortable pour une nuit. Par contre les couettes blanche ne seront plus de la meme couleur apres cette nuit :-(

Apres toutes ces peripeties, nous voila enfin installes pour notre diner. Au menu : gateaux aux chocolat, a la noix de coco et coca cola. C'est rudimentaire mais c'est ca l'aventure ;-)

On est tellement bien qu'on a du mal a realiser que nous sommes en haut de la Grande Muraille de Chine, en pleine nuit, sans personne autour de nous. Enfin, c'est ce que nous croyons...

Car d'un coup, Aurelie apercoit au loin une lumiere qui semble avancer dans notre direction. Sur le moment nous pensions qu'il s'agissait d'autres personnes qui avaient reussi eux aussi a dormir sur la Muraille. Mais cette lumiere, rejoint par la suite par d'autre, semble toujours se rapprocher dans notre direction. Nous commencons alors a nous inquieter car nous repensons aux mises en garde de la mamie...

Ces interrogations cessent aussitot que les lumieres arrivent finalement a notre tour : en fait, il s'agit de gardiens de la Muraille qui viennent nous chercher. Et autant dire qu'ils ont prevu large : pas mois de 9 gardiens sont la, autour de notre lit de fortune. Ils nous ordonnent assez violement de tout plier en vitesse et de les suivre. Je vous avoue qu'ils nous impressionnent un peu car certains ont l'air violent et d'autre completement saoul... Nous essayons de faire comme si nous ne comprenions pas, puis nous tentons une negociation. Mais tout cela en vain : ils sont de plus en plus pressant et commencent a s'enerver. Nous decidons donc de tout plier rapidement et de les suivre afin que la situation ne degenere pas. La tension est alors vraiment palpable et nous ne faisons plus les fiers :-(

Sur le chemin, nous trainons tout de meme un peu les pieds pour leur montrer que nous ne sommes pas d'accord. En plus, il fait nuit et certains passage de la Muraille sont tres raide avec des marches pas tres large. Malheureusement, nous n'avons pas d'autre choix que de les suivre jusqu'en bas, au village de Simatai.

Dommage, nous etions a deux doigts de realiser notre souhait de dormir sur la Muraille. Petite contrepartie tout de meme, nous pourrons remonter sur la Muraille des 5h du matin pour assister au lever du jour sans repayer de droit d'entree.

Arrives a Simatai vers 23h, nous trouvons rapidement 4 lits pour dormir un peu et etre en forme pour se lever a 5h pour repartir a l'assault de la Grande Muraille.

Apres cette courte nuit et ce reveil tres matinal, nous ressertons bien les courbatures dues aux marches de la veille. Surtout que le lit n'etait pas des plus confortable. Mais pour 1euro par personne, il ne fallait pas s'attendre a un 3 etoiles.

Un peu d'eau fraiche sur le visage pour reconnecter tous les neuronnes et nous voila reparties pour une nouvelle ascenssion de la Grand Muraille. Malheureusement, le temps est tres menacant. Cela ne nous refroidit pas et apres une bonne heure, nous voila a nouveau sur la Muraille, pret a assister au leve du jour. Nous mitraillons de photos ce moment pour le garder a tout jamais dans nos espits. Le spectacle est vraiment magnifique : avec Aurelie nous sommes d'accord pour dire que cet instant restera un des moments les plus fort de nos 5 semaines en Chine.

Comme toute les choses ont une fin, une fine pluie commence a tomber alors que nous sommes sur le chemin du retour. A Simatai, nous prenons un minivan qui nous reconduit jusque Myuans. De la, nous montons dans un minibus qui doit nous deposer vers notre hotel. Sur la route, nous sommes deja nostalgique de ce que nous venons de vivre. Et chacun se laisse alors a rever de ces moments.

"Celui qui n'a pas gravi la Grand Muraille n'est pas un brave", dit un adage celebre. Je ne sais pas si nous seront des braves desormais, mais nous auront gravi par deux fois le "Dragon de dix mille lis"

PS : il nous reste plus que 6 merveilles a voir ;-)

A la decouverte de Shanghai

A peine nous arrivons dans une nouvelle ville que nous preparons deja notre voyage vers la prochaine etape.

Ainsi, apres une bonne nuit de sommeil, nous partons en taxi direction la gare, pour prendre nos billets de train pour Pekin. Du peu que nous voyons, la ville nous parait immense et bouillonnante. Il est tot et pourtant la grande place devant la gare centrale est deja bondee.

Les chinois sont tous (ou presque) sur le depart pour profiter de la "golden week" : la semaine de conges annuels chinoise. Par contre, de notre cote, nous rencontrons quelques difficultes : il n'y a plus de place dans les trains en partance de Pekin.

Nous nous rabattons donc sur l'avion. Et au final, apres de multiples rebondissements et une tres longue negociation (1h30) au siege de la centrale qui s'occupe de la reservation des billets en ligne, nous avons les billets d'avion au meme prix que le train, mais au lieu de 15h, notre voyage ne durera que 1h50 ;-)

Pour nous remettre de nos emotions, nous decidons d'aller sur le Bund, le coeur commercial et financier de Shanghai, sur la rive ouest de la riviere Huangpu. Il s'y dresse les plus belles facades du Shanghai des annees folles.

C'est la ballade favorite des habitants de la ville et des touristes, d'autant plus qu'elle offre une vue superbe sur la riviere, le port et la ville nouvelle de Pudong.

On se croirait presque a Hong Kong, mais ici la touche chinsoise y est plus presente.

Puis nous prenons un ferry pour effectuer la traversee de la riviere et rejoindre la ville nouvelle de Pudong.

Sur cette rive, jusqu'en 1990, tout n'etait qu'une paisible terre agricole. En moins de 10 ans, face aux vieux immeubles du Bund, une ville nouvelle est sortie de terre. Des grattes-ciel aux formes futuristes et des tours de verre et d'acier ont ete contruites a une vitesse vertigineuses : l'equivalent de sept quartiers de la Defense...

Pour mieux apprecier le gigantesque de cette ville, nous grimpons au 88eme etage de la tour Jinmao, le symbole du renouveau economique de Shanghai. Du haut de ses 420,50m (4eme tour, la plus haute du monde), la vue est imprenable : la ville semble s'etendre a perte de vue.

De retour au sol, nous retournons sur la promenade du Bund afin de profiter du spectacle offert par l'illumination des monstres d'acier, verre et beton de Pudong. Lorsque ces tours revetissent leurs habits de lumiere a la nuit tombee, le tableau est digne d'une carte postale.

De plus, nous avons la chance d'assister a un feu d'artifice tire depuis des peniches naviguant sur la Huangpu. Nous restons sans voix devant ces explosions multicolores sur un fond de grattes-ciel scintillants. Que demander de mieux pour terminer notre premiere journee dans la plus grosse megapole chinoise...

Changement de programme

Apres avoir saisi notre billet d'hier, la famille, qui tient la pension naxi ou nous logeons, souhaite qu'on mange avec eux.

Nous pensons que nous sommes les 1er touristes etrangers qu'ils accueillent. Ils sont ravient de nous faire decouvrir la cuisine chinoise et de partager leur repas avec nous.

Lijiang et sa vieille ville

Apres une nouvelle nuit dans un bus couchette, nous avons rejoint la ville de Lijiang perchee au nord de la region du Yunnan a 2400m. Nous avons ainsi pu bien recuperer apres notre journee d'hier grace a un bus tout confort et un chauffeur hors pair. Nous nous reveillons donc vers 7h a la gare routiere. Nous en profitons pour prendre nos billets de bus pour notre prochaine etape : Dali.

Puis nous prenons un taxi pour aller dans la vieille ville, le centre historique et culturel de Lijiang, afin d'y trouver une chambre dans une des ces maisons typiques naxi. Les Naxi sont une minorite ethnique venus des confins du nord est du Tibet voisin.

En fin de matinee, nous nous lancons a la decouverte de cette vielle ville pleine de charme et de caractere, un grand labyrinthe pieton aux ruelles tortueuses bordees de vielles maisons basses en bois rouge. De nombreux petits canaux, enjambes par des ponts en pierre ou des passerelles en bois, irriguent ce centre ancien lui donnant une personnalite unique.

Nous en profitons pour acheter quelques souvenirs, et nous reservons notre excursion de demain : Les gorges du saut du Tigre (le grand canyon chinois).

En prolongeant notre visite jusqu'au nord nous arrivons au parc de l'etang du Dragon Noir. Un etang aux eaux claires, ou on peu admirer au loin les montagnes aux cimes enneigees et culminant a 4586m d'altitude. Ce parc abrite aussi le centre d'enseignement Dongba, la religion traditionnelle des Naxi, fortement influencee par le lamaisme tibetain.

En debut de soiree, nous retournons dans la vielle ville afin de nous perdre a nouveu dans les meandres des ruelles. A la nuit tombee, les echoppes s'illuminent et la ville change d'apparence. Elle est alors prise d'assault par des touristes chinois. Les bars et restaurants s'animent pour se transformer en discotheque. Tous s'en donne a coeur-joie. La fete bat son plein. Il est alors 21h... Et oui, le chinois fait la fete de bonne heure ici car a minuit la musique doit etre arretee.

De notre cote, nous en profitons pour retourner dans notre villa naxi et apprecier le calme qui y regne pour etre en forme pour demain.

A la decouverte des rizieres

Qui n'a jamais vu une de ces magnifiques photos de rizieres en terrasses dans un magazine de voyage. Un de ces paysages qui donne envie de prendre son sac et de partir a l'aventure. Et bien pour nous, cela etait une de nos motivations de notre voyage en chine : voir de nos propres yeux ces fameuses rizieres a flanc de montagne.

Ainsi ce matin, le reveil sonne une nouvelle fois trop tot pour moi (6h), mais nous devons partir de bonne heure de Yuanyang pour rejoindre une des plus belles rizieres de la region. Nous prenons donc notre premier moyen de locomotion atypique de la journee : un minivan. Ce minibus nous amene a bon port apres une heure de route et de chemin de cailloux.

Nous voila donc arrives a Duo Yi Shu : le depaysement est total. Nous avons l'impression d'avoir une carte postale devant nous : nos yeux ne sont pas assez grands pour capter l'immensite et la beaute du lieu.

Ici le nom de notre carnet de voyage prend tout son sens : nous sommes perdus au plus profond de la Chine dans un decor magnifique.

Nous decidons ensuite de descendre dans les rizieres pour rejoindre un petit village de paysans perdu au milieu des terrasses.

Ces gens ne vivent que par leur culture du riz et sont donc intrigues et curieux de voir des personnes differentes au milieu de leur habitation rudimentaire.

Sur le chemin du retour vers Yuanyang que nous empruntons a pied, nous rencontrons d'autre chinois tout aussi etonnes de notre presence ici. Mais apres une bonne heure de marche au soleil, nous commencons a fatiguer un peu et nous tentons d'arreter les quelques vehicules qui passent par moment. Ainsi, nous sommes pris en stop par un nouvel "engin" : un melange entre un motoculteur et un camion benne (Marie appelerait cela un " tregueudeu").

Arrives en ville, nous retrounons au restaurant d'hier soir pour reprendre des forces. Puis nous repartons a la decouverte de nouvelles rizieres a bord d'un triporteur.

Apres une vingtaine de minutes, nous arrivons aux rizieres de Jin Zhu Zhan. Mais ces dernieres nous paraissent beaucoup moins bien par rapport a celles que nous avons vu ce matin, d'autant plus qu'elles sont en partie cachees par les arbres. Nous retournons donc a Yuanyang en empruntant cette fois un nouveau 3 roues : un mix entre une mobilette et une benne.

Nous prenons place a l'arriere et le chauffeur nous redescend gracieusement jusqu'a la ville sans meme allumer le moteur (sauf dans la seule montee du retour) : le chinois est tres econome :-)

Enfin, arrives en ville, nous retournons a notre hotel pour recuperer nos sacs et nos billets de bus. D'ailleurs on doit vous laisser car notre bus couchette va pas tarder a partir direction Kunming. Nous devrions arrives tres tot demain matin, si tout va bien ;-)

Voyage pittoresque

Aujourd'hui nous partons a Yuanyang. On prend le bus a 10h40 pour 7h de trajet. Yuanuang se situe a 1800m d'altitude sur une crete dominant un reseau de vallees. Pour les personnes souhaitant decouvrir les rizieres en terrasses de la region du Yunnan : Yuanyang est un passage oblige.

Nous quittons l'hotel a 9h30 pour rejoindre la gare routiere du sud, afin de ne pas louper notre bus. Une fois arrives, nous decouvrons avec stupeur notre 'beau' bus. On nous avait annonce un bus comme celui de Hong Kong (tout confort), mais malheureusement non !

((/public/Yuanyang/bus.JPG| |C))

Il s'agit en fait d'un mini bus au confort rudimentaire avec a bord des chinois digne de ce nom : le bus ressemble a une "porcherie". Heureusement, dans notre malchance, nous sommes a l'avant qui est certainement l'endroit le plus propre. Mais c'est aussi a ces places que l'angoisse monte lorsqu'on decouvre la facon de conduire des chauffeurs de bus chinois.

Heureusement, nous sommes arrives a bonne destination mais nous nous demandons encore comment cela est possible. Le chinois double sans visibilite dans les cols, cree une 3eme voie quand il n'y en a que deux, force le passage et ADORE le klaxon. En revanche, le paysage est magnifique : il nous laisse sans voix.

((/public/Yuanyang/vue1.jpg| |C))

((/public/Yuanyang/vue.jpg| |C))

Une fois arrives a Yuanyang, nous nous sentons perdus : ce petit village de 15 000 habitants est completement perdu. C'est donc avec surprise que nous rencontrons deux francaises qui nous conseille leur hotel : le Yun Ti Hotel. Nous negocions une grande chambre et reservons nos billets de bus pour notre retour a Kunming. Un petit tour dans la ville ou nous rencontrons des habitants intrigues de voir des francais dans leur village, puis nous allons manger car nous n'avons encore rien avale de la journee. Et la je suis contente : c'est la 1ere fois que je ne suis pas decue de mon plat : poulet, bambou et carotte : c'est trop bon !

((/public/Yuanyang/enfants.JPG| |C))

Enfin retour a l'hotel pour une bonne nuit de sommeil car demain on visite les rizieres et le 1er bus part a 6h30 !

- page 1 de 2