Mot clé - impressions

Fil des billets

Pekin une ville d'histoire et de symboles

Pekin est avant tout une ville d'histoire. Un dicton dit : 'Si tu veux voir la Chine de demain vas a Shanghai, mais si tu veux voir 1000 ans d'histoire vas a Pekin'.

Aujoud'hui, nous nous lancons donc a la decouverte de cette cite imperiale, ou le passe a laisse des empreintes profondes, des preniers empreurs chinois a Mao. Nous commercons donc notre visite par le lieu le plus connu de Pekin, la plus grande place du monde : la place Tian'anmen. Lorsque nous y arrivons, nous sommes stupefait de l'immensite : cette place est vraiment tres grande et nous avons vraiment l'impression d'etre perdu au milieu de tout ces chinois rassembles en ce lieu symbolique.

Apres avoir repris nos esprits, nous avancons un peu en nous frayant un chemin pour faire face a un autre symbole de Pekin : la porte de la Paix Celeste. Il s'agit de l'entree sud de la fameuse et mysterieuse Cite interdite, ou Mao proclama la republique populaire de Chine. C'est au dessus de cette porte que trone le portrait immense de Mao, que nous retrouvons sur nombre de cartes postales.

Nous suivons la foule de touristes chinois pour passer cette premiere porte qui mene a une esplanade. Nous nous trouvons alors sur une esplanade : l'antichambre de la Cite interdite. Il nous reste une derniere porte a franchir pour penetrer au coeur de la Cite : la porte du midi (porte Wumen). C'est le dernier rempart qui nous separe du centre du monde, d'apres la philosophie des empreurs chinois.

Apres avoir pris nos billets et des audioguides en francais, nous entrons par la porte centrale, que seul l'empreur pouvait utiliser de son temps. Et la, une nouvelle fois, nous sommes ebahis. La place sur laquelle nous sommes est une nouvelle fois immense.

La place est entourree de multiples palais ou portes menant vers de nouvelles esplanades. Ce lieu est vraiment mysterieux et semble renfermer toute l'histoire de la Chine. Etre ici, me parait vraiment symbolique et important pour toute personne qui souhaite decouvrir la Chine et sa culture.

Nous poursuivons la visite en ayant parfois quelques explicaions lorsque l'audioguide a envie de parler. Mais cela n'enleve rien a la beaute du lieu.

Nous terminons notre decouverte par une note buccolique avec les jardins imperiaux qui respectent en tout point l'art du jardin chinois.

A notre sortie de la Cite interdite, nous allons rendre nos audioguides qui devaient avoir une extinction de voix vu le nombre d'explication que nous avons eu. Par contre, nous, nous avons eu de la voix (surtout Elodie) pour leur dire notre mecontenement. Ainsi, apres 20min de discussion en anglais, chinois, francais et gestuelle, et la venue du responsable, nous obtenons reparation et remboursement : en Chine, tout se discute, se marchande et se negocie. Nous avons donc bien pris le pli ;-)

Cette visite de la Cite interdite nous a vraiment plus et nous decidons donc de prolonger ce moment en partant a la decouverte de la Colline du Charbon qui est dans le prolongement de la Cite. Cette colline artificielle, s'elevant a 108m, fut edifiee avec l'apport de la terre du creusement des douves. Elle est censee proteger la Cite des mauvais esprits venant du nord. Seul l'empreur avait le droit d'y aller pour se reposer. Mais de nos jours, nombre de touriste s'y pressent pour acceder a son sommet et ainsi surplomber la ville et la Cite interdite.

De retour au pied de cette colline artificielle nous sommes accostes par des chinois qui veulent nous faire visiter les hutong : ces vieux quartiers traditionnels qui subsistent face au betonnage massif. Nous nous laissons tentes et nous voila embarques sur deux pousse-pousse.

Ce moyen de locomotion est vraiment le plus adapte pour se faufiler dans les dedales de ruelles toute plus petite les unes que les autres. Nos guides locaux nous emmenent ainsi au plus profond de Pekin. Nous sommes bien loin du faste de la Cite interdite : dans ces hutong, des dizaines de familles s'entassent dans des maisons etriquees. Nous resentons bien la pauvrete de ces personnes.

La journee etant deja bien avancees, nous commencons a prendre le chemin du retour en nous dirigeant vers notre quartier. Sur le chemin, nous nous arretons dans un petit restaurant chinois.

Arrives a notre hotel, nous finissons tranquillement la soiree autour d'un jeu de carte et allons nous choucher pas trop tard car demain est un grand jour : nous partons pour decouvrir un autre symbole de la Chine : la Grande Muraille.

Le Shanghai des concessions etrangeres

Dans les annees 1930, Shanghai etait divise en concessions : des morceaux de terre de quelques centaines d'hectares au depart, de plus en plus etendus par la suite, "concedes" aux etrangers. La ville etait partagee de fait en trois parties : la vieille ville chinoise, la concession internationale administree par les Britaniques, Americains et Japonais, et ... la concession francaise.

Ainsi ce matin, apres avoir un peu trainé a l'hotel pour récuperer un peu, nous partons a la conquête de l'ancienne concession française. La rue principale, l'avenue Huaihai, qui constitue les grands boulevards de Shanghai, ressemble à s'y méprendre à une avenue parisienne. De grands platannes bordent l'avenue et cachent parfois de belle facades française. On y trouve même des boutiques au nom bien français.

Au détour de cette rue considerée comme la "vitrine" commerciale la plus luxueuse de la ville, nous passons tout près du site de la premiere reunion du Parti Communiste chinois : une maison de brique noire réhaussée de rouge, très bien restaurée. Le 23 juillet 1921, le Parti Communiste chinois y fut fondé dans la clandestinite par le jeune Mao Zedong.

Puis nous prenons le métro pour rejoindre le sud de la ville et les quartiers plus pauvre. La différence avec la concession française est saisissant : ici les commerces sont beaucoup plus traditionnels et semble inchangés depuis une éternité.

On est bien loin du superflu et du royaume de l'apparence qui règne sur le Bund ou la ville nouvelle de Pudong.

En fin d'après midi, nous reprenons le métro pour rejoindre le quartier de notre hôtel. Après un bon repas aux saveurs bien chinoise, nous rentrons à notre hôtel et nous finissonstranquillement la soirée autour d'un jeu de carte dans notre "salon privé" ;-)

A la decouverte de Shanghai

A peine nous arrivons dans une nouvelle ville que nous preparons deja notre voyage vers la prochaine etape.

Ainsi, apres une bonne nuit de sommeil, nous partons en taxi direction la gare, pour prendre nos billets de train pour Pekin. Du peu que nous voyons, la ville nous parait immense et bouillonnante. Il est tot et pourtant la grande place devant la gare centrale est deja bondee.

Les chinois sont tous (ou presque) sur le depart pour profiter de la "golden week" : la semaine de conges annuels chinoise. Par contre, de notre cote, nous rencontrons quelques difficultes : il n'y a plus de place dans les trains en partance de Pekin.

Nous nous rabattons donc sur l'avion. Et au final, apres de multiples rebondissements et une tres longue negociation (1h30) au siege de la centrale qui s'occupe de la reservation des billets en ligne, nous avons les billets d'avion au meme prix que le train, mais au lieu de 15h, notre voyage ne durera que 1h50 ;-)

Pour nous remettre de nos emotions, nous decidons d'aller sur le Bund, le coeur commercial et financier de Shanghai, sur la rive ouest de la riviere Huangpu. Il s'y dresse les plus belles facades du Shanghai des annees folles.

C'est la ballade favorite des habitants de la ville et des touristes, d'autant plus qu'elle offre une vue superbe sur la riviere, le port et la ville nouvelle de Pudong.

On se croirait presque a Hong Kong, mais ici la touche chinsoise y est plus presente.

Puis nous prenons un ferry pour effectuer la traversee de la riviere et rejoindre la ville nouvelle de Pudong.

Sur cette rive, jusqu'en 1990, tout n'etait qu'une paisible terre agricole. En moins de 10 ans, face aux vieux immeubles du Bund, une ville nouvelle est sortie de terre. Des grattes-ciel aux formes futuristes et des tours de verre et d'acier ont ete contruites a une vitesse vertigineuses : l'equivalent de sept quartiers de la Defense...

Pour mieux apprecier le gigantesque de cette ville, nous grimpons au 88eme etage de la tour Jinmao, le symbole du renouveau economique de Shanghai. Du haut de ses 420,50m (4eme tour, la plus haute du monde), la vue est imprenable : la ville semble s'etendre a perte de vue.

De retour au sol, nous retournons sur la promenade du Bund afin de profiter du spectacle offert par l'illumination des monstres d'acier, verre et beton de Pudong. Lorsque ces tours revetissent leurs habits de lumiere a la nuit tombee, le tableau est digne d'une carte postale.

De plus, nous avons la chance d'assister a un feu d'artifice tire depuis des peniches naviguant sur la Huangpu. Nous restons sans voix devant ces explosions multicolores sur un fond de grattes-ciel scintillants. Que demander de mieux pour terminer notre premiere journee dans la plus grosse megapole chinoise...

Les gorges du Saut du Tigre

Dormir dans un vrai lit reste toujours plus agreable que de dormir dans un bus, aussi confortable qu'il soit. Car cela faisait deux nuits que nous enchainions les bus couchette et on vous avouera que retrouver un lit qui ne bouge pas au gre des virages est un reel bonheur.

Malgre ce petit confort retrouve, nous devons nous sortir du lit de bonne heure car nous avons rendez vous avec notre chauffeur vers 8h pour aller voir les gorges du Saut du Tigre : au nord de Lijiang, le fleuve Yangzi, descendu des hauteurs du Tibet, traverse ces gorges spectaculaires, considerees comme les plus belles et les plus profonde de Chine. La profondeur maximale de la riviere atteint 196m.

Mais une fois au lieu du rendez vous, la personne avec qui nous avions vu pour preparer notre excursion hier nous apprend que le chauffeur anglophone que nous devions avoir est en panne de voiture. Elle se propose alors de nous accompagner toute la journee (alors qu'elle est en repos) avec le nouveau chauffeur qui lui ne parle pas anglais. Grace a elle, nous aurons toute les informations necessaires lors de la visite, que nous n'aurions pas eu avec ce chauffeur chinois ;-)

En route, nous nous arretons a un point de vue qui nous permet d'apprecier la grosseur du fleuve Yangzi : son lit s'etend sur environ 300m de large et il est anime de courant tres fort, car il rassemble en ses eaux les differentes rivieres issues des montagnes voisines.

Apres 2h de route,  nous arrivons enfin a l'entree des gorges. Le taxi nous depose et nous continuons a pied en empruntant un sentier a flanc de montagne. Plus nous avancons, et plus le fleuve commence a s'agiter.

Des tourbillons et des remous se forment un peu partout et un bruit sourd resonne de plus en plus fort : il s'agit du passage le plus impressionant des gorges, mais aussi du lieu qui a donne le nom a ces gorges. Ce nom provient d'une legende, celle d'un tigre qui aurait franchit d'un bond le Yangzi pour echapper a un chasseur. Pas si bete, la bete choisi cet endroit qui est le plus etroit du fleuve, le "Tiger Leaping Rock", la ou les flots dechaines ne font que 30m de large.

Le lieu est vraiment impressionant : les eaux viennent eclater contre les roches et des contre courant se forment.


De retour a Lijiang, nous retournons a notre pension naxi pour s'y reposer un peu, mais aussi pour y reserver une nouvelle nuit. En effet, nous devions partir ce soir pour Dali, mais nous avons prefere decaler notre depart a demain matin pour profiter d'une soiree supplementaire dans cette jolie ville.

Nous allons donc aller errer a nouveau dans les ruelles a la recherche d'un endroit ou manger et passer la soiree, tout en profitant une derniere fois du charme de la vieille ville de Lijiang.

A nous les bourses Jeunes

On est donc arrivé un peu avant 18h30 au rendez vous pour notre soutenance. Après une petite attente le temps que la personne précédente finisse son entretien avec le jury, c'est à nous d'entrer en scène. Une petite pointe de stress a fait son apparition dans les dernières minutes du fait qu'on avait pas trop pris le temps de bien préparer nos discours.

Après une présentation des 4 membres du jury (effectif limité à cause des congés), nous commençons la présentation de notre projet en Chine. Après une quinzaine de minutes, le jury nous demande de sortir le temps de la délibération. Le stress monte d'un cran...

... 5 minutes plus tard, Philippe nous demande de revenir pour le verdict : le jury a été convaincu de notre motivation et de notre préparation, il nous accorde donc les Bourses Jeunes. Joie suprême (ou presque) : cela permettra d'alléger notre apport personnel et nous permettra de profiter au mieux de ce voyage.

Merci à l'AQCV, aux membres du jury et merci à Philippe pour le soutient que tu nous as apporté tout au long de ce montage de dossier.

On ne manquera pas de pensez à vous une fois en Chine ;-)

Dernière ligne droite pour les Bourses Jeunes

C'est ce soir à 18h30 qu'on doit passer devant le jury de la communauté de communes de Chambéry pour les Bourses Jeunes. On doit ainsi leur présenter notre projet et leur montrer que tout a été préparé minutieusement.

Notre motivation ainsi que notre envie réelle de profiter au mieux de ce voyage devrait nous aider à passer ce dernier cap pour l'attribution des Bourses. Mais je vous avoue qu'on a tout de même une petite pointe de trac : on a l'impression d'un retour arrière, où durant nos études on devait présenter nos exposés ou rapports devant les professeurs. ;-) Une dernière mise au point ce midi nous permettra d'être prêt pour l'exercice.

On devrait normalement avoir la réponse de suite à la fin du jury.

Impressions à J - 20 jours

Je ne sais pas trop si je suis excitée ou si j'ai peur...

Quand j'en parle à mes amis ou collègues je suis super contente et fière de raconter l'organisation de notre voyage, de parler de ce que l'on va voir et faire. Mais parfois j'ai peur d'être perdu, de ne pas réussir à nous faire comprendre, d'avoir le mal du pays...

Mais au final, c'est toujours la joie qui l'emporte.

Alors je dis : vivement le 10 septembre 2007... ;-)

Chouette des nouvelles !

Génial : j'ai eu Mathieu au téléphone. Ce matin à 8 heures, il m'a téléphoné pour me donner des nouvelles.

Ils ont trouvés un appartement au 37ème étage avec piscine et cours de tennis... la grande classe quoi !

Nous n'avons pas beaucoup parlé car il n'avait plus beaucoup de crédits sur sa carte téléphonique, mais à partir de mercredi nous allons avoir les communications gratuites pour les appels vers la Chine, donc c'est cool.

Voilà ce qu'il m'a dit : "c'est un truc de ouf, on hallucine tous les jours..."