Mot clé - photos

Fil des billets

Déjà 3 mois

Quand on repense à notre voyage c'est ce que l'on se dit : déjà 3 mois...

Ce voyage a changé notre vision des choses. Même si malheureusement, nos habitudes d'occidentaux ont vite repris le dessus, c'est souvent qu'on se dit : franchement par rapport à la Chine on n'a pas à se plaindre...

Les paysages, les rencontres, les mésaventures qui nous sont arrivés resterons à jamais gravé dans nos têtes et surtout dans nos cœurs.

Partir à la découvert d'un pays avec une culture si différente est une chose extraordinaire : je souhaite à tout le monde de vivre ça un jour dans sa vie.

Il est clair qu'un voyage comme celui-là coûte relativement cher - bien qu'avec toute les activités qu'on a faite et la durée de notre voyage, cela est plus intéressant que 5 semaines dans un bungalow sur la côte d'azur ;-) - et c'est pour cela que nous tenions à remercier le soutien de la communauté de commune de Chambéry qui nous a accordé une aide via les bourses jeunes.

C'est d'ailleurs dans ce but que nous "travaillons" actuellement sur la présentation de notre voyage en réalisant un DVD de l'ensemble de nos photos et en préparant une expo photo de nos rencontres et des paysages qui nous ont émerveillé. Ce retour sera fait auprès des écoles de Barberaz (après validation de celles-ci). Notre expo photo sera présentée à la bibliothèque de Barberaz puis au Scarabée à Chambéry le Haut.

Et bien évidemment nous serons présent à la LAMBITEUF pour partager avec vous nos découvertes asiatiques...

Le quartier musulman

Ce matin nous decidons de ne pas mettre de reveil car nous souhaitons reprendre des forces pour le reste de notre sejour. Quand je me reveille, il est 9h, je pars reveiller les troupes.

Puis nous dejeunons et flanons tranquillement dans le salon de l'AJ. Nous nous y sentons vraiment bien. Nous profitons d'avoir Internet pour prendre des nouvelles de la France. Quelle nouvelle : l'equipe de France de rugby a battu les All Black ;-)

Vers 12h, nous partons a la decouverte du quartier Hui. Les Hui sont une ethnie musulmane chinoise. Ce sont de grands marchants, ils sont installes depuis des lustres aux quatre coins de l'empire du Milieu et evidemment a Xi'an, la ou demarrait l'antique route de la soie.

Le decor est impressionnant : des ventilos bricoles rafraichissent les viandes, aspirent les fumees des brochettes mises a griller. Julien teste un petit Kebab a la chinoise : pas mauvais mais tres epice !!

Un peu plus loin nous empruntons une route couverte : c'est le repere d'une floppee ininterrompue de boutiques de souvenirs et d'etales empietant sur le passage. Nous en profitons pour faire quelques achats, fort bien negocies.

Nous avons meme le plaisir de gouter du bon the chinois lorsqu'Elodie et Mathieu s'arretent acheter leur the.

Cette route conduit a la Grande Mosquee. C'est une mosquee qui date de l'an 742, c'est la plus importante de Chine pour son rayonnement spirituel, dit-on, c'est aussi, apres celle de Canton, la plus ancienne.

D'apres la desciption du routard, nous etions impatient de la visiter, et pensions en avoir pour longtemps pour faire le tour. Or se ne fut pas le cas !

C'est une jolie mosquee ou l'art chinois est bien present (voir trop) et nous n'avions pas l'impression d'etre au sein d'une mosquee. Et la visite fut rapide : seulement 45min car il n'y avait que quatre cours interieures et des pavillons quasi vides.

Seul la salle de prieres me rappelle une mosquee. Nous avons eu le droit qu'a une vue de l'exterieur car les non-musulemen n'ont pas le droit d'y penetrer. C'est elle qui ferme de toute sa largeur l'enceinte de la mosquee. Les murs sont recouvert de tuiles vernies de vert (couleur de l'islam) et elle peut contenir plus de 1000 personnes. De beau panneaux de bois sculptes, accroches aux murs, illustrent les scenes du Coran.

Ainsi se fini notre periple de 9 jours. Nous prenons un taxi qui nous conduit a l'aeroport : direction Canton.

Une fois a l'appart, nous sommes deja nostalgique. Nous decidons alors de visionner les photos de ce magnifique voyage.

La Muraille de tout les défis

La construction de cette Grande Muraille a ete l'un des plus grand défis de l'homme. Il a demandé des siècles de labeur pour mener a terme ce grand projet.

Et bien nous aussi, nous avions deux défis a relever sur cette muraille. La difficuté était moins importante, mais quand même ;-) Vaness' et Cécile sont à l'origine de ces deux challenges.

Le premier consistait à se prendre en photo sur la Grand Muraille avec un panneau réalisée par Vanessa aux couleurs de Bayard.

Le défi de Cécile était de réaliser une arabesque (private joke) sur l'édifice, ce qu'Aurélie a exécuté avec brio.

Paris réussi ;-)

La grande muraille

Dans le monde, 7 merveilles sont referencees comme etant les 7 joyeux de notre planete. Et la grande muraille en fait partie. Nous voulons donc faire de cette decouverte quelque chose d'inoubliable : nous souhaitons dormir dans l'une des nombreuses tours de garde de la Muraille. Cela n'est pas gagne d'avance, car l'etat chinois interdit tout campement sur l'edifice, mais nous allons tout de meme tenter notre chance...

Ainsi, apres un bon repas, nous repassons a l'hotel pour recuperer les couettes, que nous dissimulons non sans mal, dans nos sacs. Elles nous servirons a la fois de matelats et de couvertures. Une fois notre packetage pret, nous nous rendons en taxi a la gare routiere. De la, nous prenons le bus qui nous depose a Myuans : nous sommes encore a une soixantaine de kilometre de Simatai.

Nous montons a bord d'une voitrure d'un chinois qui se propose alors de nous emmener a Simatai. Cette personne est fort sympathique mais conduit comme la majorite des chinois : c'est a dire sans jamais respecter le code de la route. A croire qu'ici le permis s'achete comme nous acheterions un permis de peche. Nous voila donc lance dans une course effreinee de 60km en doublant en 3eme file, ou bien en depassant par la droite sur la voie reservee aux arrets. Mais a force de depassements limites et de raccourcis dans les chemins de terre, voila que nous crevons en plein virage : un bruit sourd et violent qui inquiete un minimum le pilote qui s'arrete sur le bord de la route pour un changement express du pneu.

Apres un petit quart d'heure, nous repartons et finissons par arriver sur le site de Simatai en fin d'apres midi. La vue sur la muraille au loin nous remet de nos emotions, nous voila enfin face a cette merveille, perchee en haut des collines.

Pour la rejoindre, nous prenons un petit telepherique. Celui-ci nous depose a mi chemin.

Mais etant donne qu'il est deja 17h, nous preferons prendre un funiculaire pour effectuer la partie la plus raide de l'ascension.

Cela est plus rapide qu'a pied, d'autant plus que nous avons nos gros sacs sur le dos. Nous devons cependant finir la montee a pied. Ainsi, apres un dernier effort et de trop nombreuse marches, nous arrivons enfin en haut de la grand Muraille de Chine. Quel bonheur de pouvoir marcher sur ce fabuleux edifice qui aura demade environ 2 siecles de labeur et environ 700 000 forcats. Le lieu est vraiment magique : la Muraille ondule a perte de vue sur les collines environnantes.

Apres quelques photos pour immortaliser l'instant nous commencons notre marche et entrons dans la premiere tour de guet. Ce sont de grosses tours carrees, a deux etages : le 1er servait d'abri et de refuge pour les gardiens, alors que le deuxieme permettait a ces derniers de surveiller les alentours. A la sortie de cette premiere tour, nous discuttons avec une mamie qui nous dit qu'il est possible de dormir dans l'une des tours a la condition d'echapper a la vigilence des gardiens qui rodent jusqu'en debut de soiree sur la Muraille.

Nous decidons donc de continuer notre marche sur la Muraille en esperant ne pas etre remarque par les gardes. Malheureusement, 4 "blancs" avec deux gros sacs sur le dos, cela ne passe pas inapercu sachant qu'il est deja 18h. Un des gardiens se met donc discretement a nous suivre. Il veut s'assurer que nous allons bien prendre le chemin qui redescend sur Simatai. Mais il ne sait pas encore qu'il a a faire a 4 personnes surmotivees pour dormir ici ;-) Ainsi au passage d'une tour, nous reperons une ouverture qui donne sur les bosquets en contrebas de la Muraille. Nous profitons alors d'une minute d'inattention pour sauter de la tour et nous enfuir dans les bosquets. Nous sommes assez bien organises et nous reussissons a tous passer sans que le gardien nous voit. On se serait cru de vrais vugitifs ;-)

Une fois un peu eloigne, nous nous arretons et restons sans bouger pour ne pas attirer l'attention des gardes. Mais ces derniers ne tardent pas a remarquer notre "disparition". L'alerte est alors donnee et d'autres gardiens les rejoignent pour tenter de nous retrouver. Ils essaient alors de nous appeler mais nous ne bougeons pas d'un poil, malgre la petite poussee d'adrenaline. Les appels se font de plus en plus pressant et certains gardiens commencent a explorer les alentours de la Muraille. Nous restons au maximum immobiles et silencieux. Mais au bout de 20min, un gardien fini par nous trouver apres avoir traverser de multiples bosquets et ronces. Dommage, on avait presque reussi. Mais nous n'allons pas pour autant baisser les bras.

Le gardien veut alors nous ramener sur la Muraille en passant par le meme passage que nous avons emprunte pour nous enfuir. Nous faisons alors semblant de ne pas comprendre : on reste d'abord assis, puis on fait mine de le suivre avant de partir dans une autre direction que la sienne, le laissant seul devant. Ce petit jeu dure un bon quart d'heure avant que nous n'ayons d'autre choix que de retourner sur la Muraille. Mais nous nous avouons pas vaincu : on s'assied ainsi sur les marches de la Muraille pour leur faire comprendre que nous ne voulons pas redescendre a Simatai. Une longue negociation demarre alors que la nuit tombe. Eux ne parle que chinois et nous, nous ne savons dire que quelques mots en chinois. Tout se passe donc en gestuel : autant dire de suite que nous sommes tres fort maintenant en jeu de mimes.

Au cours de la "discussion", la mamie que nous avions rencontree en arrivant nous rejoint. Elle se pose alors en interprete car elle parle un peu anglais. Elle reussi au bout de tres longue minutes a convaincre les gardiens de nous laisser dormir sur la muraille a la condition de redescendre avant 9h le lendemain a Simatai. Cela nous convient parfaitement car nous voulions juste dormir pour assister au leve du jour sur la Muraille. Par contre, elle nous met en garde a plusieurs reprises de bien faire attention a nous et a nos affaires. Cela nous inquiete un peu sur le moment, mais dans l'euphorie de pouvoir dormir sur la Muraille, nous oublions rapidement ces avertissements : nous veillerons a tour de role pour etre sur qu'il ne nous arrive rien.

Une fois la mamie et les gardiens repartis en direction de Simatai, nous rebroussons chemin pour retourner dans une des tours que nous avions reperee et qui nous paraissait ideal pour y etablir notre campement. Nous sortons nos affaires et installons les couettes a meme le sol : nos lits de fortune sont en place et paraissent assez confortable pour une nuit. Par contre les couettes blanche ne seront plus de la meme couleur apres cette nuit :-(

Apres toutes ces peripeties, nous voila enfin installes pour notre diner. Au menu : gateaux aux chocolat, a la noix de coco et coca cola. C'est rudimentaire mais c'est ca l'aventure ;-)

On est tellement bien qu'on a du mal a realiser que nous sommes en haut de la Grande Muraille de Chine, en pleine nuit, sans personne autour de nous. Enfin, c'est ce que nous croyons...

Car d'un coup, Aurelie apercoit au loin une lumiere qui semble avancer dans notre direction. Sur le moment nous pensions qu'il s'agissait d'autres personnes qui avaient reussi eux aussi a dormir sur la Muraille. Mais cette lumiere, rejoint par la suite par d'autre, semble toujours se rapprocher dans notre direction. Nous commencons alors a nous inquieter car nous repensons aux mises en garde de la mamie...

Ces interrogations cessent aussitot que les lumieres arrivent finalement a notre tour : en fait, il s'agit de gardiens de la Muraille qui viennent nous chercher. Et autant dire qu'ils ont prevu large : pas mois de 9 gardiens sont la, autour de notre lit de fortune. Ils nous ordonnent assez violement de tout plier en vitesse et de les suivre. Je vous avoue qu'ils nous impressionnent un peu car certains ont l'air violent et d'autre completement saoul... Nous essayons de faire comme si nous ne comprenions pas, puis nous tentons une negociation. Mais tout cela en vain : ils sont de plus en plus pressant et commencent a s'enerver. Nous decidons donc de tout plier rapidement et de les suivre afin que la situation ne degenere pas. La tension est alors vraiment palpable et nous ne faisons plus les fiers :-(

Sur le chemin, nous trainons tout de meme un peu les pieds pour leur montrer que nous ne sommes pas d'accord. En plus, il fait nuit et certains passage de la Muraille sont tres raide avec des marches pas tres large. Malheureusement, nous n'avons pas d'autre choix que de les suivre jusqu'en bas, au village de Simatai.

Dommage, nous etions a deux doigts de realiser notre souhait de dormir sur la Muraille. Petite contrepartie tout de meme, nous pourrons remonter sur la Muraille des 5h du matin pour assister au lever du jour sans repayer de droit d'entree.

Arrives a Simatai vers 23h, nous trouvons rapidement 4 lits pour dormir un peu et etre en forme pour se lever a 5h pour repartir a l'assault de la Grande Muraille.

Apres cette courte nuit et ce reveil tres matinal, nous ressertons bien les courbatures dues aux marches de la veille. Surtout que le lit n'etait pas des plus confortable. Mais pour 1euro par personne, il ne fallait pas s'attendre a un 3 etoiles.

Un peu d'eau fraiche sur le visage pour reconnecter tous les neuronnes et nous voila reparties pour une nouvelle ascenssion de la Grand Muraille. Malheureusement, le temps est tres menacant. Cela ne nous refroidit pas et apres une bonne heure, nous voila a nouveau sur la Muraille, pret a assister au leve du jour. Nous mitraillons de photos ce moment pour le garder a tout jamais dans nos espits. Le spectacle est vraiment magnifique : avec Aurelie nous sommes d'accord pour dire que cet instant restera un des moments les plus fort de nos 5 semaines en Chine.

Comme toute les choses ont une fin, une fine pluie commence a tomber alors que nous sommes sur le chemin du retour. A Simatai, nous prenons un minivan qui nous reconduit jusque Myuans. De la, nous montons dans un minibus qui doit nous deposer vers notre hotel. Sur la route, nous sommes deja nostalgique de ce que nous venons de vivre. Et chacun se laisse alors a rever de ces moments.

"Celui qui n'a pas gravi la Grand Muraille n'est pas un brave", dit un adage celebre. Je ne sais pas si nous seront des braves desormais, mais nous auront gravi par deux fois le "Dragon de dix mille lis"

PS : il nous reste plus que 6 merveilles a voir ;-)

Pekin une ville d'histoire et de symboles

Pekin est avant tout une ville d'histoire. Un dicton dit : 'Si tu veux voir la Chine de demain vas a Shanghai, mais si tu veux voir 1000 ans d'histoire vas a Pekin'.

Aujoud'hui, nous nous lancons donc a la decouverte de cette cite imperiale, ou le passe a laisse des empreintes profondes, des preniers empreurs chinois a Mao. Nous commercons donc notre visite par le lieu le plus connu de Pekin, la plus grande place du monde : la place Tian'anmen. Lorsque nous y arrivons, nous sommes stupefait de l'immensite : cette place est vraiment tres grande et nous avons vraiment l'impression d'etre perdu au milieu de tout ces chinois rassembles en ce lieu symbolique.

Apres avoir repris nos esprits, nous avancons un peu en nous frayant un chemin pour faire face a un autre symbole de Pekin : la porte de la Paix Celeste. Il s'agit de l'entree sud de la fameuse et mysterieuse Cite interdite, ou Mao proclama la republique populaire de Chine. C'est au dessus de cette porte que trone le portrait immense de Mao, que nous retrouvons sur nombre de cartes postales.

Nous suivons la foule de touristes chinois pour passer cette premiere porte qui mene a une esplanade. Nous nous trouvons alors sur une esplanade : l'antichambre de la Cite interdite. Il nous reste une derniere porte a franchir pour penetrer au coeur de la Cite : la porte du midi (porte Wumen). C'est le dernier rempart qui nous separe du centre du monde, d'apres la philosophie des empreurs chinois.

Apres avoir pris nos billets et des audioguides en francais, nous entrons par la porte centrale, que seul l'empreur pouvait utiliser de son temps. Et la, une nouvelle fois, nous sommes ebahis. La place sur laquelle nous sommes est une nouvelle fois immense.

La place est entourree de multiples palais ou portes menant vers de nouvelles esplanades. Ce lieu est vraiment mysterieux et semble renfermer toute l'histoire de la Chine. Etre ici, me parait vraiment symbolique et important pour toute personne qui souhaite decouvrir la Chine et sa culture.

Nous poursuivons la visite en ayant parfois quelques explicaions lorsque l'audioguide a envie de parler. Mais cela n'enleve rien a la beaute du lieu.

Nous terminons notre decouverte par une note buccolique avec les jardins imperiaux qui respectent en tout point l'art du jardin chinois.

A notre sortie de la Cite interdite, nous allons rendre nos audioguides qui devaient avoir une extinction de voix vu le nombre d'explication que nous avons eu. Par contre, nous, nous avons eu de la voix (surtout Elodie) pour leur dire notre mecontenement. Ainsi, apres 20min de discussion en anglais, chinois, francais et gestuelle, et la venue du responsable, nous obtenons reparation et remboursement : en Chine, tout se discute, se marchande et se negocie. Nous avons donc bien pris le pli ;-)

Cette visite de la Cite interdite nous a vraiment plus et nous decidons donc de prolonger ce moment en partant a la decouverte de la Colline du Charbon qui est dans le prolongement de la Cite. Cette colline artificielle, s'elevant a 108m, fut edifiee avec l'apport de la terre du creusement des douves. Elle est censee proteger la Cite des mauvais esprits venant du nord. Seul l'empreur avait le droit d'y aller pour se reposer. Mais de nos jours, nombre de touriste s'y pressent pour acceder a son sommet et ainsi surplomber la ville et la Cite interdite.

De retour au pied de cette colline artificielle nous sommes accostes par des chinois qui veulent nous faire visiter les hutong : ces vieux quartiers traditionnels qui subsistent face au betonnage massif. Nous nous laissons tentes et nous voila embarques sur deux pousse-pousse.

Ce moyen de locomotion est vraiment le plus adapte pour se faufiler dans les dedales de ruelles toute plus petite les unes que les autres. Nos guides locaux nous emmenent ainsi au plus profond de Pekin. Nous sommes bien loin du faste de la Cite interdite : dans ces hutong, des dizaines de familles s'entassent dans des maisons etriquees. Nous resentons bien la pauvrete de ces personnes.

La journee etant deja bien avancees, nous commencons a prendre le chemin du retour en nous dirigeant vers notre quartier. Sur le chemin, nous nous arretons dans un petit restaurant chinois.

Arrives a notre hotel, nous finissons tranquillement la soiree autour d'un jeu de carte et allons nous choucher pas trop tard car demain est un grand jour : nous partons pour decouvrir un autre symbole de la Chine : la Grande Muraille.

La fete nationale

Ce matin nous allons visiter le temple du Bouddha de Jade.

C'est le plus celebre temple Bouddiste de la ville, encore habite par une centaine de moines. Il fut construit apres l'incendie, en 1917, d'un autre monastere pour accueillir la communaute orpheline, mais aussi pour recevoir deux statues de Bouddha en jade blanc rapportees de Birmanie en 1882 par un pelerin. Il est habite et servi par une communaute de moines bouddistes de l'ecole Zen.

Nous rentrons dans une cour interieure, embrumee par la fumee d'encens. Les gens s'y reunissent pour prier en agitant leurs batons d'encents.

Nous nous essayons a un 'rituel Bouddhiste' : lancer une piece dans un orifice situe en haut d'une stelle, cela porte chance si on y arrive.

Puis nous penetrons dans la salle de gauche, la salle des gardiens celestes, ou l'on peut decouvrir le Bouddha Sackamone avec ces accras. Au pied du Bouddha, de nombreux passants prient en s'agenouillant devant lui.

Nous avons la chance de suivre un groupe de francais avec un guide, nous en profitons pour avoir quelques infos precieuses sur les differentes pieces du temple. C'est tres interessant.

Au milieu des boutiques, on decouvre le Bouddha couche de 96 cm, puis au 1er etage - toujours avec le guide ;-) - on a pu admirer le celebre 'Grand Bouddha assis' : il mesure 2m de haut pour 1 tonne. Il se tient dans une petite salle dont les armoires renferment plus de 5000 livres sacres.

Une visite tres interssante et riche en signification pour tout les pratiquants du bouddhisme.

Ensuite nous prenons la direction de la vieille ville chinsoise. Le contraste est saisissant : ce petit quartier, 1.3 km d'est en ouest et 1.6km du nord au sud, de maison basses au sein d'une metropole envahissante !!

Au fil de notre ballade, nous arrivons dans la rue Fangbang Zhonglu. Il s'agit d'une rue traditionnelle chinoise, avec ses maisons basses aux toitures recourbees recouvertes de tuiles, aux facades blanches et aux poutres rouges. Cettre rue debute par une tres jolie porte chinoise a l'ancienne.

Au bout de la rue se trouve le jardin Yu. Nous decidons de nous y rendre car le quartier est rempli de touriste chinois venuent celebres la fete nationale du 1er octobre. Ce jardin chinois est l'un des trois plus beau jardin de Chine.

Le temps passe si vite ici, qu'il est deja l'heure d'aller manger. Mais avant, nous nous rendons sur le Bund pour reperer ou allait se derouler la fete nationale. Malheureusement, nous apprenons qu'il n'y aura ni animation, ni feux d'artifice. Pourtant beaucoup de chinois s'aglutinent sur le Bund. Mais pour quoi faire ?! Nous, nous sommes pret a faire la fete, nous avons meme achete des drapeaux chinois !!

Nous allons manger en nous disant qu'il est trop tot pour lancer les hostillites... Mais a la sortie du resto, nous sommes stupefait : aucune animation : juste des millions de chinois qui marchent dans la rue...

Nous sommes decus. Nous nous arretons boire un verre, puis nous rentrons nous coucher en agitant, au milieu de la foule, notre drapeau au couleur de la Chine.

Bonne fete nationale a toute la Chine !

Le Shanghai des concessions etrangeres

Dans les annees 1930, Shanghai etait divise en concessions : des morceaux de terre de quelques centaines d'hectares au depart, de plus en plus etendus par la suite, "concedes" aux etrangers. La ville etait partagee de fait en trois parties : la vieille ville chinoise, la concession internationale administree par les Britaniques, Americains et Japonais, et ... la concession francaise.

Ainsi ce matin, apres avoir un peu trainé a l'hotel pour récuperer un peu, nous partons a la conquête de l'ancienne concession française. La rue principale, l'avenue Huaihai, qui constitue les grands boulevards de Shanghai, ressemble à s'y méprendre à une avenue parisienne. De grands platannes bordent l'avenue et cachent parfois de belle facades française. On y trouve même des boutiques au nom bien français.

Au détour de cette rue considerée comme la "vitrine" commerciale la plus luxueuse de la ville, nous passons tout près du site de la premiere reunion du Parti Communiste chinois : une maison de brique noire réhaussée de rouge, très bien restaurée. Le 23 juillet 1921, le Parti Communiste chinois y fut fondé dans la clandestinite par le jeune Mao Zedong.

Puis nous prenons le métro pour rejoindre le sud de la ville et les quartiers plus pauvre. La différence avec la concession française est saisissant : ici les commerces sont beaucoup plus traditionnels et semble inchangés depuis une éternité.

On est bien loin du superflu et du royaume de l'apparence qui règne sur le Bund ou la ville nouvelle de Pudong.

En fin d'après midi, nous reprenons le métro pour rejoindre le quartier de notre hôtel. Après un bon repas aux saveurs bien chinoise, nous rentrons à notre hôtel et nous finissonstranquillement la soirée autour d'un jeu de carte dans notre "salon privé" ;-)

A la decouverte de Shanghai

A peine nous arrivons dans une nouvelle ville que nous preparons deja notre voyage vers la prochaine etape.

Ainsi, apres une bonne nuit de sommeil, nous partons en taxi direction la gare, pour prendre nos billets de train pour Pekin. Du peu que nous voyons, la ville nous parait immense et bouillonnante. Il est tot et pourtant la grande place devant la gare centrale est deja bondee.

Les chinois sont tous (ou presque) sur le depart pour profiter de la "golden week" : la semaine de conges annuels chinoise. Par contre, de notre cote, nous rencontrons quelques difficultes : il n'y a plus de place dans les trains en partance de Pekin.

Nous nous rabattons donc sur l'avion. Et au final, apres de multiples rebondissements et une tres longue negociation (1h30) au siege de la centrale qui s'occupe de la reservation des billets en ligne, nous avons les billets d'avion au meme prix que le train, mais au lieu de 15h, notre voyage ne durera que 1h50 ;-)

Pour nous remettre de nos emotions, nous decidons d'aller sur le Bund, le coeur commercial et financier de Shanghai, sur la rive ouest de la riviere Huangpu. Il s'y dresse les plus belles facades du Shanghai des annees folles.

C'est la ballade favorite des habitants de la ville et des touristes, d'autant plus qu'elle offre une vue superbe sur la riviere, le port et la ville nouvelle de Pudong.

On se croirait presque a Hong Kong, mais ici la touche chinsoise y est plus presente.

Puis nous prenons un ferry pour effectuer la traversee de la riviere et rejoindre la ville nouvelle de Pudong.

Sur cette rive, jusqu'en 1990, tout n'etait qu'une paisible terre agricole. En moins de 10 ans, face aux vieux immeubles du Bund, une ville nouvelle est sortie de terre. Des grattes-ciel aux formes futuristes et des tours de verre et d'acier ont ete contruites a une vitesse vertigineuses : l'equivalent de sept quartiers de la Defense...

Pour mieux apprecier le gigantesque de cette ville, nous grimpons au 88eme etage de la tour Jinmao, le symbole du renouveau economique de Shanghai. Du haut de ses 420,50m (4eme tour, la plus haute du monde), la vue est imprenable : la ville semble s'etendre a perte de vue.

De retour au sol, nous retournons sur la promenade du Bund afin de profiter du spectacle offert par l'illumination des monstres d'acier, verre et beton de Pudong. Lorsque ces tours revetissent leurs habits de lumiere a la nuit tombee, le tableau est digne d'une carte postale.

De plus, nous avons la chance d'assister a un feu d'artifice tire depuis des peniches naviguant sur la Huangpu. Nous restons sans voix devant ces explosions multicolores sur un fond de grattes-ciel scintillants. Que demander de mieux pour terminer notre premiere journee dans la plus grosse megapole chinoise...

Fin du stress

Nous sommes arrives chez Mathieu et Elodie et la 1ere chose que nous avons fait : tester le disque dur.

Et la on se dit : ouf, il fonctionne correctement. Toute nos photos sont intactes !!! Le probleme venait donc de l'ordinateur a Dali.

Merci la frayeur !!

Retour a Canton via Kunming

Notre boucle dans le Yunnan touche a sa fin. En effet, nous rentrons aujourd'hui sur Canton. Nous quittons donc les montagnes et le charme de Dali en bus direction Kunming, la captitale du Yunnan. Le temps est aussi gris qu'hier et une legere brume tombe sur la ville. C'est le temps ideal pour faire 5h de bus : au moins nous n'avons pas l'impression de perdre notre temps dans les transports.

Ainsi, nous arrivons en debut d'apres midi a Kunming et nous decidons de partir a la decouverte du marche aux fleurs et aux oiseaux avec les sacs sur le dos. Il s'agit d'un ancien quartier de ville ou le beton n'a pas encore reussi a s'imposer face aux anciennes maisons au toit herbeux. Cela ressemble a une animalerie geante. De nombreux chinois sont amasses dans la rue pour vendre aux passants leur poissons, oiseaux, souris ou autre serpents et migales. On y trouve aussi toute sorte de souvenirs et bazar typiquement chinois.

Puis, nous continuons notre ballade dans le quartier voisin. Ici, les building sont rois. Des rue pietonnes regorgeant de galleries marchandes se faufillent au milieu de ces derniers. Nous sommes cette fois dans le nouveau Kunming qui abrite le centre economique de la ville.

Apres 3h de promenade dans les differents quartiers du centre ville, les sacs commencent a peser un peu. Nous decidons donc de prendre un taxi pour rejoindre l'aeroport car notre vol de retour sur Canton est a 19h50. Un dernier coup d'oeil sur la ville et la region du Yunnan et l'avion decolle.

Nous atterissons vers 22h a Canton. Le changement de climat est saisissant. A peine sorti de l'avion, la chaleur est etouffante : nous allons vite oublier la fraicheur des soirees du Yunnan.

Nous recuperons rapidement nos sacs et nous prenons un bus pur rejoindre le centre ville. De la, nous faisons nos faineants (8 jours de periples ca fatigue un peu...) et nous prenons un taxi pour faire le dernier kilometre qui nous separe de la residence de Mathieu et Elodie. Les taxis sont tellement peu cher qu'il serait dommage de s'en priver ;-)

- page 1 de 3