Mot clé - pluie

Fil des billets

Arrivee a Xi'an

La nuit fut tres longue dans le train !!! Imaginer 11 heures de train en position assise sans place pour s'allonger et une banquette si etroite qu'il n'etait meme pas possible de se recroqueviller :-( Heureusement pour nous, Mathieu et Julien ont ete tres gentlemans : ils nous ont laisse les banquettes. Cela fut un peu plus confortable pour nous, sans etre non plus le top confort. Quand aux garcons, vous devez vous dire : mais ou ont-ils dormient alors ? Et bien ils se sont couches sous les banquettes, comme les chinois ;-)

En me reveillant durant la nuit et en les voyant je pensais qu'il dormaient comme des bb et les enviais. Mais en faite non : ils etaient trop mal et le matin ils ont eu mal partout et la tete dans les fesses :-)

Nous sommes donc heureux de quitter le train a notre arrivee a Xi'an. Mais la joie fut de courte duree car la pluie et le vent se sont installes sur la ville : l'horreur.

Nous partons rapidement a la recherche d'un hotel pour nous mettre au sec. Nous trouvons une tres jolie auberge de jeunesse (AJ) avec une ambiance extra.

Nous finissons notre matinee dans le petit salon de l'AJ. L'ambiance y est reposante : musique, billard, internet, petit resto, un chat (mimi) et des poissons rouge ;-)

Ensuite nous retournons sous la pluie pour nous rendre a l'armee enterree du premier empreur Qin.

Cette armee en argile a ete construite par l'empereur Qin Shi huangdi qui etait hante par la mort. Il aurait donne le 1er coup de pioche de son tombeau a l'age de 13ans. Le malin empereur devait s'entourer d'une veritable armee destinee a le proteger pour l'eternite. Il la desirait puissante comme lui. C'est Victor Segalen, grand archeologue, qui decouvre le tombeau en 1914. Il chercha les statues (qui se trouvaient a 1.5km sous ses pieds) en vein. C'est un simple paysans, affaire a creuser un puits, qui tomba, en 1974, sur un curieux guerrier en terre cuite, puis un autre... annonciateurs de quelques 6000 ou 7000 autres, voir plus...

En 25 ans, pres d'un millier de soldat d'argile ont ete degages de ce chantier archeologique, un des plus fous de la planete. Aujoud'hui, le site est ouvert au public. Les fouilles ont etes stoppes car certains experts pensent que l'agression de l'air libre fera redevenir poussiere d'ici quelques dizaines d'annees ces magnifique statues.

Pour notre part, nous sommes vraiment impressionnes par le travail fourni par les archeologues. Cela doit demander tellement de minutie, c'est impressionnant. Mais, il est vrai que la pluie et le froid ne nous ont pas permis d'apprecier au mieux ce fabuleux site.

Nous decidons donc de retourner a l'AJ pour prendre une bonne douche chaude :-) et nous finissons la soiree tranquillement a jouer aux cartes.

La grande muraille

Dans le monde, 7 merveilles sont referencees comme etant les 7 joyeux de notre planete. Et la grande muraille en fait partie. Nous voulons donc faire de cette decouverte quelque chose d'inoubliable : nous souhaitons dormir dans l'une des nombreuses tours de garde de la Muraille. Cela n'est pas gagne d'avance, car l'etat chinois interdit tout campement sur l'edifice, mais nous allons tout de meme tenter notre chance...

Ainsi, apres un bon repas, nous repassons a l'hotel pour recuperer les couettes, que nous dissimulons non sans mal, dans nos sacs. Elles nous servirons a la fois de matelats et de couvertures. Une fois notre packetage pret, nous nous rendons en taxi a la gare routiere. De la, nous prenons le bus qui nous depose a Myuans : nous sommes encore a une soixantaine de kilometre de Simatai.

Nous montons a bord d'une voitrure d'un chinois qui se propose alors de nous emmener a Simatai. Cette personne est fort sympathique mais conduit comme la majorite des chinois : c'est a dire sans jamais respecter le code de la route. A croire qu'ici le permis s'achete comme nous acheterions un permis de peche. Nous voila donc lance dans une course effreinee de 60km en doublant en 3eme file, ou bien en depassant par la droite sur la voie reservee aux arrets. Mais a force de depassements limites et de raccourcis dans les chemins de terre, voila que nous crevons en plein virage : un bruit sourd et violent qui inquiete un minimum le pilote qui s'arrete sur le bord de la route pour un changement express du pneu.

Apres un petit quart d'heure, nous repartons et finissons par arriver sur le site de Simatai en fin d'apres midi. La vue sur la muraille au loin nous remet de nos emotions, nous voila enfin face a cette merveille, perchee en haut des collines.

Pour la rejoindre, nous prenons un petit telepherique. Celui-ci nous depose a mi chemin.

Mais etant donne qu'il est deja 17h, nous preferons prendre un funiculaire pour effectuer la partie la plus raide de l'ascension.

Cela est plus rapide qu'a pied, d'autant plus que nous avons nos gros sacs sur le dos. Nous devons cependant finir la montee a pied. Ainsi, apres un dernier effort et de trop nombreuse marches, nous arrivons enfin en haut de la grand Muraille de Chine. Quel bonheur de pouvoir marcher sur ce fabuleux edifice qui aura demade environ 2 siecles de labeur et environ 700 000 forcats. Le lieu est vraiment magique : la Muraille ondule a perte de vue sur les collines environnantes.

Apres quelques photos pour immortaliser l'instant nous commencons notre marche et entrons dans la premiere tour de guet. Ce sont de grosses tours carrees, a deux etages : le 1er servait d'abri et de refuge pour les gardiens, alors que le deuxieme permettait a ces derniers de surveiller les alentours. A la sortie de cette premiere tour, nous discuttons avec une mamie qui nous dit qu'il est possible de dormir dans l'une des tours a la condition d'echapper a la vigilence des gardiens qui rodent jusqu'en debut de soiree sur la Muraille.

Nous decidons donc de continuer notre marche sur la Muraille en esperant ne pas etre remarque par les gardes. Malheureusement, 4 "blancs" avec deux gros sacs sur le dos, cela ne passe pas inapercu sachant qu'il est deja 18h. Un des gardiens se met donc discretement a nous suivre. Il veut s'assurer que nous allons bien prendre le chemin qui redescend sur Simatai. Mais il ne sait pas encore qu'il a a faire a 4 personnes surmotivees pour dormir ici ;-) Ainsi au passage d'une tour, nous reperons une ouverture qui donne sur les bosquets en contrebas de la Muraille. Nous profitons alors d'une minute d'inattention pour sauter de la tour et nous enfuir dans les bosquets. Nous sommes assez bien organises et nous reussissons a tous passer sans que le gardien nous voit. On se serait cru de vrais vugitifs ;-)

Une fois un peu eloigne, nous nous arretons et restons sans bouger pour ne pas attirer l'attention des gardes. Mais ces derniers ne tardent pas a remarquer notre "disparition". L'alerte est alors donnee et d'autres gardiens les rejoignent pour tenter de nous retrouver. Ils essaient alors de nous appeler mais nous ne bougeons pas d'un poil, malgre la petite poussee d'adrenaline. Les appels se font de plus en plus pressant et certains gardiens commencent a explorer les alentours de la Muraille. Nous restons au maximum immobiles et silencieux. Mais au bout de 20min, un gardien fini par nous trouver apres avoir traverser de multiples bosquets et ronces. Dommage, on avait presque reussi. Mais nous n'allons pas pour autant baisser les bras.

Le gardien veut alors nous ramener sur la Muraille en passant par le meme passage que nous avons emprunte pour nous enfuir. Nous faisons alors semblant de ne pas comprendre : on reste d'abord assis, puis on fait mine de le suivre avant de partir dans une autre direction que la sienne, le laissant seul devant. Ce petit jeu dure un bon quart d'heure avant que nous n'ayons d'autre choix que de retourner sur la Muraille. Mais nous nous avouons pas vaincu : on s'assied ainsi sur les marches de la Muraille pour leur faire comprendre que nous ne voulons pas redescendre a Simatai. Une longue negociation demarre alors que la nuit tombe. Eux ne parle que chinois et nous, nous ne savons dire que quelques mots en chinois. Tout se passe donc en gestuel : autant dire de suite que nous sommes tres fort maintenant en jeu de mimes.

Au cours de la "discussion", la mamie que nous avions rencontree en arrivant nous rejoint. Elle se pose alors en interprete car elle parle un peu anglais. Elle reussi au bout de tres longue minutes a convaincre les gardiens de nous laisser dormir sur la muraille a la condition de redescendre avant 9h le lendemain a Simatai. Cela nous convient parfaitement car nous voulions juste dormir pour assister au leve du jour sur la Muraille. Par contre, elle nous met en garde a plusieurs reprises de bien faire attention a nous et a nos affaires. Cela nous inquiete un peu sur le moment, mais dans l'euphorie de pouvoir dormir sur la Muraille, nous oublions rapidement ces avertissements : nous veillerons a tour de role pour etre sur qu'il ne nous arrive rien.

Une fois la mamie et les gardiens repartis en direction de Simatai, nous rebroussons chemin pour retourner dans une des tours que nous avions reperee et qui nous paraissait ideal pour y etablir notre campement. Nous sortons nos affaires et installons les couettes a meme le sol : nos lits de fortune sont en place et paraissent assez confortable pour une nuit. Par contre les couettes blanche ne seront plus de la meme couleur apres cette nuit :-(

Apres toutes ces peripeties, nous voila enfin installes pour notre diner. Au menu : gateaux aux chocolat, a la noix de coco et coca cola. C'est rudimentaire mais c'est ca l'aventure ;-)

On est tellement bien qu'on a du mal a realiser que nous sommes en haut de la Grande Muraille de Chine, en pleine nuit, sans personne autour de nous. Enfin, c'est ce que nous croyons...

Car d'un coup, Aurelie apercoit au loin une lumiere qui semble avancer dans notre direction. Sur le moment nous pensions qu'il s'agissait d'autres personnes qui avaient reussi eux aussi a dormir sur la Muraille. Mais cette lumiere, rejoint par la suite par d'autre, semble toujours se rapprocher dans notre direction. Nous commencons alors a nous inquieter car nous repensons aux mises en garde de la mamie...

Ces interrogations cessent aussitot que les lumieres arrivent finalement a notre tour : en fait, il s'agit de gardiens de la Muraille qui viennent nous chercher. Et autant dire qu'ils ont prevu large : pas mois de 9 gardiens sont la, autour de notre lit de fortune. Ils nous ordonnent assez violement de tout plier en vitesse et de les suivre. Je vous avoue qu'ils nous impressionnent un peu car certains ont l'air violent et d'autre completement saoul... Nous essayons de faire comme si nous ne comprenions pas, puis nous tentons une negociation. Mais tout cela en vain : ils sont de plus en plus pressant et commencent a s'enerver. Nous decidons donc de tout plier rapidement et de les suivre afin que la situation ne degenere pas. La tension est alors vraiment palpable et nous ne faisons plus les fiers :-(

Sur le chemin, nous trainons tout de meme un peu les pieds pour leur montrer que nous ne sommes pas d'accord. En plus, il fait nuit et certains passage de la Muraille sont tres raide avec des marches pas tres large. Malheureusement, nous n'avons pas d'autre choix que de les suivre jusqu'en bas, au village de Simatai.

Dommage, nous etions a deux doigts de realiser notre souhait de dormir sur la Muraille. Petite contrepartie tout de meme, nous pourrons remonter sur la Muraille des 5h du matin pour assister au lever du jour sans repayer de droit d'entree.

Arrives a Simatai vers 23h, nous trouvons rapidement 4 lits pour dormir un peu et etre en forme pour se lever a 5h pour repartir a l'assault de la Grande Muraille.

Apres cette courte nuit et ce reveil tres matinal, nous ressertons bien les courbatures dues aux marches de la veille. Surtout que le lit n'etait pas des plus confortable. Mais pour 1euro par personne, il ne fallait pas s'attendre a un 3 etoiles.

Un peu d'eau fraiche sur le visage pour reconnecter tous les neuronnes et nous voila reparties pour une nouvelle ascenssion de la Grand Muraille. Malheureusement, le temps est tres menacant. Cela ne nous refroidit pas et apres une bonne heure, nous voila a nouveau sur la Muraille, pret a assister au leve du jour. Nous mitraillons de photos ce moment pour le garder a tout jamais dans nos espits. Le spectacle est vraiment magnifique : avec Aurelie nous sommes d'accord pour dire que cet instant restera un des moments les plus fort de nos 5 semaines en Chine.

Comme toute les choses ont une fin, une fine pluie commence a tomber alors que nous sommes sur le chemin du retour. A Simatai, nous prenons un minivan qui nous reconduit jusque Myuans. De la, nous montons dans un minibus qui doit nous deposer vers notre hotel. Sur la route, nous sommes deja nostalgique de ce que nous venons de vivre. Et chacun se laisse alors a rever de ces moments.

"Celui qui n'a pas gravi la Grand Muraille n'est pas un brave", dit un adage celebre. Je ne sais pas si nous seront des braves desormais, mais nous auront gravi par deux fois le "Dragon de dix mille lis"

PS : il nous reste plus que 6 merveilles a voir ;-)

Journée off

Aujourd'hui nous avions décidé de prendre notre temps et d'en profiter pour dormir un peu ce matin. Car cela faisait longtemps que nous n'avions pas pris le temps de trainer un peu sous la couette. On est en vacances tout de même ;-)

On se lève donc tranquillement vers 10h30, le temps de prendre une bonne douche, et on part pour aller faire un tour sur le marché local de Dali. On y touve de tout sauf des touristes : en effet, seuls les locaux sont là. On se mélange donc aux habitants en se faufilant à travers les étales de légumes, fruits ou volailles.

Puis, on s'attable à un restaurant pour se restaurer. L'ambiance y est sympa et la musique a des sonorités connues : nous sommes dans la rue qui rassemble les restaurants dit "western", c'est-à-dire les restaurants à touristes avec de la nouritture de tout horizon. Car manger un peu autre chose que du chinois ça change un peu, même si ici à Dali la nouritture est très bonne.

Malheureusement, durant le repas, il commence à pleuvoir. Le temps était déjà très menaçant depuis ce matin, mais cette fois, la pluie est là. Nous qui voulions aller faire un tour dans la montagne pour dominer Dali et son lac, c'est loupé... :-( De plus, dans cette petite ville de 30000 habitants, il n'y a pas grand chose à faire mis à part profiter des paysages et des ballades dans les montagnes voisines.

Ainsi, après un bon dessert, on retourne à notre hôtel où on passe l'après midi à tourner en rond ou à surfer sur internet en espérant à chaque instant que la pluie va cesser. Mais nos espérances resteront vaines... Cela aura donc été une journée pas très active, mais parfois prendre son temps et rien faire cela fait du bien, même quand on est à l'autre bout du monde.